logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/04/2015

Mais c'est quoi le sens de tout ça ?

Mais c’est quoi le sens de tout ça ?

 

Leurs grandes tours qui vont toucher le ciel

Et leurs jardins déplumés

qui nourrissent pauvrement les hommes

 

Et leurs projets de nouveaux poulets

Sans ailes, sans pattes, sans becs,

Sans plumes et sans viscères.

 

Sans… sang… sang des hommes et de la terre !

 

Et les lèvres de ces dames, comme d’énormes cicatrices non ressoudées,

Et ces faux ceci et ces faux cela

Pendant que leurs lucres,

Leurs profits,

Et la taille de leurs dividendes

Nous sont de plus en plus incompréhensiblement vrais.

 

Mais c’est quoi le sens de tout ça ?

 

Quand les hommes se sont adaptés à leur environnement,

Qu’ils le savent l’environnement,

Qu’ils l’aiment et le font fructifier

Et qu’on les chasse comme de nuisibles voleurs.

 

Sans hommes vrais… sang… sang des hommes et de la terre

 

Ce vouloir toujours plus,

Plus riche, plus fort, plus supérieur

Plus performeur

Et pour cela, se faire tueur

De la terre, de l’eau, de l’air

Et des hommes

 

Mais c’est quoi le sens de tout ça ?

 

Les armes et la bombe atomique

Et la souffrance qu’on fabrique,

Tout ce mal qu’on fait

Par la faim et la soif et la torture

 

C’est quoi le sens de tout ça ?

 

C’est quoi le sens de tuer quand il s’agirait de s’aider à vivre ?

06/04/2015

COCO EXISTER

Ce n’est pas seulement pour Pâques

C’est toute l’année que je n’aime pas le mot coexister.

Je le trouve froid,

Parallèle et froid,

Comme si on marchait côte à côte sans jamais se regarder,

Sans se voir, ni se sourire, ni se parler.

 

Parce qu’on n’est pas du même monde, tout de même !

Parce qu’on n’est pas de la même race, tout de même !

Parce qu’on n’est pas du même héritage, quand même !

 

Comme au temps de l’apartheid,

On respire le même air,

On est bien obligés,.

On est bien obligés

Et on y met mille petites facettes,

Hypocrisies et interdits publics.

 

Un mot froid,

A nous garder tous parallèles

Bien rangés dans nos boîtes

Bons pour le cimetière,

Où il n’y a plus d’autre choix

Que de se taire.

En terre se taire.

 

Je ne veux pas coexister

Je veux vivre

Ensemble, avec, sous, dedans,

Aller et revenir et marcher sur les pieds,

Et crier et chanter et rire

Et aimer.

Aimer l’autre en face, ce moi pas tout à fait

Ce moi peut-être, ce moi demain,

 

Je ne veux pax coexister, moi,

Je veux plus encore,

 

Je veux coco-exister

03/04/2015

Oublier Pâques

Cette pensée me vient que...

les mots,... le langage,...

sont de plus en plus sous contrôle

pour réduire la pensée

 

Mais,

simplifier et ne voir que la fin,

ce serait... oublier Pâques

 

 

22/03/2015

L'esprit humain...

"Nous ne nous sommes pas suffisamment avisés que langue et culture sont deux modalités parallèles d'une activité plus fondamentale: je pense, ici, à cet hôte présent parmi nous, bien que nul n'ait songé à l'inviter à nos débats: l'esprit humain"

Anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss

j'espère que nous non plus nous ne l'oublions pas... ni ici où nous votons, ni chaque fois que des décisions sont prises, par soi ou plus collectives.

01/03/2015

Banni soit qui mal y pense :

mais... cependant... après lecture...

"Tout le long de cette année-là, ils travaillèrent encore plus dur que l'année précédente. Achever le moulin en temps voulu avec des murs deux fois plus épais qu'auparavant, tout en menant de pair les travaux coutumiers, c'était un labeur écrasant. Certains jours, les animaux avaient l'impression de trimer plus longtemps qu'à l'époque de Jones, sans en être mieux nourris. Le dimanche matin, Brille-Babil, tenant un long ruban de papier dans sa petite patte, leur lisait des colonnes de chiffres. Il en résultait une augmentation marquée dans chaque catégorie de production : deux cents, trois cents ou cinq cents pour cent suivant le cas. Les animaux ne voyaient pas de raison de ne pas prêter foi à ces statistiques - d'autant moins de raison qu'ils ne se rappelaient plus bien ce qu'il en avait été avant le soulèvement. Malgré tout, il y avait des moments où moins de chiffres et plus à manger leur serait mieux allé."

Goerge ORWELL - "La ferme des animaux" - traduit de l'anglais par Jean Quéval ed. Gallimard coll. Folio -

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique